Les bruyères, campagnes idéales

Fleurir une pelouse clairsemée est une très belle alternative à la désolation. C’est ce que vous offrent les bruyères là où le gazon refuse de rester vert et bien dru, en sol léger, filtrant, sableux et un peu trop à l’ombre des grands arbres. Elles n’ont qu’une exigence : que le sol ne se dessèche pas totalement en été. Composez un tapis aux floraisons alternantes en choisissant vos couleurs parmi les trois espèces suivantes.

  • La bruyère de Darley (Erica x darleyensis) est intéressante pour sa longue floraison hivernale de novembre à avril. Ne dépassant pas 30 à 40 cm de haut, elle adopte un port étalé au moins aussi large que haut. Les clochettes blanches de ‘White perfection’ sont particulièrement lumineuses en hiver sur un feuillage vert foncé. ‘Eva Gold’ porte des fleurs rose soutenu par un feuillage changeant, vert en hiver, plus clair au printemps et jaune doré en été.
  • La bruyère vagabonde (Erika vagans) ‘Maxwell’ est juste un peu plus haute: jusqu’à 50 cm quand elle fleurit en plein été, depuis juillet jusqu’en septembre, dans des teintes rose vif à rouge cerise.
  • La callune est une bruyère très commune dans la nature , qui fleurit rose sous les pins de fin août à novembre, et qui de décline en une multitude de variétés pour le jardin. Certaines fleurs restent très longtemps en boutons colorés bien résistants aux intempéries, comme ‘Angie’ rouge ou ‘Bonita’ pourpre sur un feuillage orangé puis brun. ‘Zora’, quant à elle, adopte en hiver un feuillage rouge cuivré.

En pratique: avec leur feuillage dense, étalé et persistant, ces bruyères recouvrent si bien le sol que vous n’aurez bientôt plus besoin de désherber.

Composer une bordure de quatre saisons

Grâce à leur feuillage vert – mais aussi vieil or, bronze ou gris argenté- et à leurs floraisons décalées dans le temps permettant d’avoir des bruyères en fleurs toute l’année, on obtient le cocktail idéal pour offrir des bordures basses impeccables à toutes les autres plantations, notamment les massifs de camélias, rhododendrons, pieris et autres plantes de terre…de bruyère.

  • La bruyère des neiges (Erica carnea) est l’espèce la plus résistante au froid. Elle tolère également un peu de calcaire et un sol un peu plus argileux, à condition qu’il reste bien drainant. Elle est légèrement plus basse et fleurit un peu après la bruyère de Darley, de janvier à mai, en clochettes un peu plus grosses. À feuillage vert bronze, ‘Rosalie’ fleurit en rose intense, presque « fluo », bien contrastée avec ‘Isabell’, blanche sur fond vert très foncé.
  • La bruyère d’Irlande (Daboecia cantabrica) adopte un port bas de 30 à 40 cm avec des tiges souples, de très bonne tenue pour ‘Vanessa’, plus érigée que les autres, à floraison mauve dès le mois de juin et jusqu’en septembre ou octobre. Elle marque une préférence pour les endroits ensoleillés au sol frais.
  • La bruyère cendrée (Erica cinerea) accepte des sols plus secs et se plaît également au soleil. Très basse, à placer au premier plan, elle ne dépasse guère 20 cm de haut pour 50 cm de large. Sa floraison est estivale, entre juillet et septembre, rose ou blanche.

En pratique : parsemez vos bordures de bulbes printanier tels que narcisses, muscaris ou perce-neige. Après la floraison, pour que le bulbe reconstitue ses réserves, il faut conserver son feuillage intact jusqu’à total dessèchement: il passera facilement inaperçu entre les touffes persistantes des bruyères.

Planter une haie fleurie utile aux abeilles

Toutes les fleurs des bruyères sont mellifères, riches en pollen et en nectar. Moins connues, les formes arbustives plus hautes fleurissent abondamment de la fin de l’hiver au printemps, quand les abeilles et autres insectes utiles reprennent leur activité et ont besoin de nourriture. De plus, elles sont parfumées…

  • La bruyère arbustive (Erica x veitchii) ‘Pink Joy’ peut atteindre 150 cm de haut et supporter -10°C à -12°C en sol filtrant. Bien érigée, facile à tailler, elle offre un feuillage vert tendre qui se couvre complètement de boutons roses s’ouvrant en clochettes blanc rosé parfumées entre janvier et avril.
  • La bruyère méditerranéenne (Erica arborea) ‘Mediterranea’ possède la même résistance au froid. Elle peu être facilement taillée pour constituer une haie basse de 1 m de haut, ou laissée libre jusqu’à 1,5 m. Chaque année, entre février et avril, ses clochettes rose lilas répandent leur parfum de miel.
  • La bruyère de Noël (Erica canaliculata) est une splendeur, idéale pour tous les jardins de bord de mer de la côte atlantique, où elle peut atteindre 2 m de haut si la température ne descend pas en dessous de -5+C à -8°C. Entre novembre et février, elle disparaît sous d’innombrables clochettes odorante blanc rosé à cœur noir.

En pratique : dans les régions à climat très doux, il est possible de constituer une haie entière de bruyères arbustives. Par précaution, vous pouvez aussi les grouper par deux ou trois et les intercaler entre d’autres arbustes (éleagnus, tamaris, fusain) et sous de grands arbres (pins, bouleaux) afin de les abriter des courants d’air froids.

Planter des bruyères

Les bruyères se plantent en sol acide (pH de 5 à 6,5), plutôt sableux, filtrant, mais qui ne dessèche pas trop en été. Elles ont besoin de lumière pour bien fleurir, mais pas forcément du plein soleil.

Une fois l’endroit idéal déterminé, creusez un trou deux fois plus grand que le pot de culture. Conservez un tiers de la terre extraite (celle de la surface) et mélangez-y deux tiers de terre de bruyère. Commencez à reboucher le trou avec le mélange jusqu’à pouvoir y installer la plante au ras du sol d’origine. Comblez les espaces vides et tassez autour de la plante sans l’enfoncer. Terminez par un arrosage copieux. Espacez les bruyères basses de 30 cm environ pour obtenir un effet de tapis.

En sol lourd ou argileux,cultivez les bruyères en jardinières avec des petites graminées également persistantes, carex et stipa cheveux d’ange.

 

Laisser un commentaire